Sélectionner une page

La styromousse offre une excellente protection mécanique et iso thermique. Elle est légère, ce qui rend son transport économique, et elle a un très bon rapport qualité prix. Tous ces avantages lui confèrent une grande popularité.

 

Ses principaux défauts

Toutefois, ce matériel a le défaut de ses qualités : Il est constitué de 98 % d’air et est difficilement compressible. Sa légèreté le rend très dispendieux à transporter vers les lieux d’élimination. Il prend beaucoup de place dans les sites d’enfouissement et il a une durée de vie presque éternelle. De plus, il a une très faible valeur sur le marché de la récupération où il trouve difficilement preneur.

 

La technologie derrière le recyclage de la styromousse

Le génie humain a développé une technologie pour le densifier. Il suffit de mettre la styromousse dans la machine qui le granule et le chauffe pour ensuite l’extruder en un boudin de polystyrène. Cet équipement permet de réduire le volume de 90 %. Il existe différents modèles qui s’adaptent à des besoins de toutes tailles. L’entreprise Recycle Tech qui fabrique ces équipements est située au New-Jersey et dessert également le Canada. De plus, l’entreprise achète tout le polystyrène densifié qui sort de la machine. Une solution rêvée! À quel prix ? À vous de vérifier.

 

Comment se départir de ses emballages alimentaires faits de styromousse?

 

Basé sur le principe des 3R, on peut d’abord tenter de l’éviter ou de le réutiliser. Mais selon les quantités générées, ces approches ne sont parfois pas suffisantes. Peut-on alors envisager le « R » de la récupération?

 

La réponse est oui! Certains écocentres à travers le Québec acceptent désormais la matière. Cependant, avant de vous y rendre, assurez-vous de consulter le site Web de l’écocentre dans votre arrondissement, afin de vous assurer que la styromousse y est bien recyclé.

 

La meilleure solution reste toutefois d’éviter de les consommer. En réduisant son emploi à la source, on réduit la quantité qui doit être recyclée. Pour des emballages alimentaires plus écoresponsables, pensez vous tourner vers des matières comme le PLA ou la bagasse.

Un texte rédigé par  Monique Clément, B.Sc. DGE, Conseillère en environnement