Sélectionner une page

Saviez-vous que, depuis le début de la pandémie, la consommation de sacs de plastique a augmenté de 20%? (TVA, 2020) L’appréhension écologique envers ce produit se dissipe dans la marée de préoccupations socio-sanitaires actuelles. Mais connaissez-vous la surprenante histoire de cet objet mal-aimé des environnementalistes? L’équipe de NOVA vous propose aujourd’hui un tour d’horizon. 

 

Le sac de plastique : un produit aux nobles origines

 

Vous serez sûrement surpris d’apprendre que le sac de plastique a été envisagé comme une alternative écologique au sac de papier. C’est entre autres dans un souci de limiter la déforestation que l’ingénieur suédois Sten Gustaf Thulin a créé en 1959 le modèle à base de plastique. Sa vision? Un produit durable, facile à transporter et pouvant être réutilisé de nombreuses fois. Selon le fils de l’inventeur, l’idée de jeter le sac de plastique après un seul usage serait bizarre aux yeux de M. Thulin (BBC, 2019). Ce dernier transportait un sac plié dans sa poche partout où il se rendait. 

 

Commercialisé par la société suédoise Celloplast en 1965, le sac de plastique a rapidement gagné de la popularité en Europe. Ce fut une véritable révolution, puisque les sacs de papier sans poignées se cassaient facilement et devenaient détrempés au contact avec l’eau. Dans les années 1980, il fait une percée importante aux États-Unis et devient un produit incontournable dans les épiceries et les magasins à l’échelle internationale. Parmi les avantages du sac de plastique, on notera aussi qu’il est très léger, robuste et polyvalent.

 

La pollution plastique, un enjeu environnemental criant 

 

Malgré les bonnes intentions de l’inventeur, ce qui devait être un produit réutilisable est devenu un produit à usage unique. Le résultat? Une surproduction problématique pour l’environnement. Selon l’organisme Plastic Oceans, chaque Canadien utilise en moyenne 700 sacs de plastique par année. Or, la majorité de ces sacs ne sont pas recyclés et deviennent de la pollution plastique.

Un article publié en 2017 dans la revue Science Advances indique que près de 80 % des déchets plastiques se retrouvent dans les sites d’enfouissement ou dans l’environnement naturel. Des centaines d’années peuvent s’écouler avant qu’ils ne se décomposent. Ils présentent également un danger pour la vie sauvage. Les animaux marins, par exemple, peuvent confondre les sacs de plastique pour de la nourriture ou ingérer des particules plastiques qui se retrouvent ensuite dans la chaîne alimentaire. Plus alarmant encore, il est estimé que d’ici 2050, il y aura plus de plastique que des poissons dans les océans.

 

Différents types de sacs de plastique 

 

Sacs de polyéthylène

 

Les sacs de plastique traditionnels sont fabriqués de polyéthylène, une matière à base de pétrole qui constitue la forme plastique la plus utilisée dans le monde. Ils peuvent venir en différentes densités, ce qui résulte en des sacs à plastique mince, plus flexibles et moins rigides, ou à plastique épais, plus robustes et durables. Cependant, il existe d’autres variantes que nous examinerons ici. 

 

Sacs oxo-biodégradables

 

Ces produits sont aussi fabriqués à base de polyéthylène, mais ils contiennent un additif qui facilite la décomposition. D’un point de vue environnemental, ils sont très nocifs parce qu’ils libèrent du CO2 et laissent des particules de plastique invisibles qui ne se décomposent pas complètement. Ils contaminent donc les milieux naturels et peuvent même se rendre à la chaîne alimentaire. Leur utilisation à été interdite par la Commission européenne, mais demeure toujours légale au Canada. Certaines municipalités les ont bannis, d’autres non.  

 

Sacs compostables

 

Ces sacs sont compostables puisque leur fabrication utilise des matières végétales (polymères naturels), commes des dérivés d’amidon de maïs, de pomme de terre ou de canne à sucre. Bien qu’ils se décomposent plus rapidement que les sacs conventionnels, ils nécessitent plus d’eau et d’énergie au moment de la production. Il faut par ailleurs prendre garde aux étiquettes, puisque ce ne sont pas tous les sacs biodégradables qui sont certifiés. En Amérique du Nord, la norme ASTM D6400i régit les matières plastiques pouvant être compostées dans les installations industrielles de compostage municipal. Les produits doivent être en mesure de se décomposer en moins de 180 jours dans des conditions spécifiques pour répondre aux exigences. Les certifications  compostable du Bureau de la normalisation du Québec (BNQ), du  Biodegradable products institute U.S (BPI) ou OK Compost vous permettront de les identifier. 

 

Sacs réutilisables 

 

Le plastique est également utilisé pour la fabrication de sacs réutilisables. On en distingue deux types :   le sac en polypropylène tissé et le sac en polypropylène non tissé. Même si ces produits ont une meilleure durabilité que les sacs en plastique, ils nécessitent beaucoup plus de ressources, ce qui augmente leur empreinte carbone. Ils doivent donc être utilisés un grand nombre de fois pour offrir un meilleur rendement écologique. Sans oublier que le lavage récurrent de ces sacs nécessite de l’eau et de l’énergie. 

 

Comment disposer des sacs de plastique? 

 

Même lorsqu’ils sont biodégradables, les sacs de plastique ne doivent jamais être laissés dans les milieux naturels. Les sacs conventionnels doivent idéalement être recyclés, et les sacs certifiés biodégradables doivent être compostés. Les sacs oxo-biodégradables ne peuvent être ni recyclés ni compostés. Ceci est très important à tenir en compte, puisqu’ils peuvent devenir des sources de contamination si disposés au mauvais endroit. 

 

Bien que le sac conventionnel de plastique figure sur la liste noire des environnementalistes depuis plusieurs années, il est inévitable dans certaines circonstances. Le sac de papier est de plus en plus populaire, à vous de juger lequel propose une solution plus écologique selon l’utilisation que vous prévoyez en faire!