Sélectionner une page

Article rédigé par Marie-Philippe Perreault-Brière, Conseillère en stratégie d’écoresponsabilité (ADDERE service-conseil) 

Dans l’article précédent, nous avons abordé le rôle des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le réchauffement climatique actuel, le développement du marché du carbone ainsi que la responsabilité des entreprises. Nous cherchons maintenant à vous présenter notre propre démarche de gestion des GES chez NOVA envirocom, qui implique la réalisation d’un inventaire GES.

L’inventaire GES : à quoi ça sert ?

L’inventaire des gaz à effet de serre consiste à établir un portrait des principales sources d’émissions de GES de l’entreprise sur une période donnée. Cette étape, qui s’inscrit dans la démarche de calcul de l’empreinte carbone, fournit un indicateur de performance environnementale très utile pour les entreprises qui souhaitent se fixer des objectifs et des mesures de réduction.

Les inventaires d’émissions de GES peuvent être assez complexes à produire. Ils doivent répondre à plusieurs critères pour être reconnus. Ils sont généralement construits selon la norme internationale ISO 14064, dont la dernière version a été créée en 2018. Cette norme explique toutes les directives applicables aux organisations pour déclarer leurs émissions de GES. Pour être conforme, l’inventaire doit comprendre une méthodologie justifiée et transparente qui explique le choix des démarches, des calculs et des facteurs d’émissions.

Comment calculer les émissions de GES ?

Les facteurs d’émissions sont des coefficients qui permettent de convertir une donnée d’activité en quantité d’émissions de GES. Il existe plusieurs facteurs d’émission pour une même activité. Pour que l’inventaire soit véridique, il est donc important d’utiliser des outils et des facteurs d’émissions qui sont récents et adaptés à la région où l’entreprise effectue ses activités.

On calcule les émissions de GES en multipliant la donnée attribuée à une activité par un facteur d’émission lié à cette donnée. Par exemple, la consommation d’essence en litre est multipliée par son facteur d’émission de CO2, ce qui donne le nombre de kilogrammes d’émissions de CO2 produits par litres d’essence consommés.

Il est important de noter que chaque activité produit différents GES, comme le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), le protoxyde d’azote (N2O), les hydrofluocarbures (HFCs), etc.

Pour comparer ces gaz dans un ensemble, il est donc nécessaire de convertir les quantités obtenues pour chaque gaz en une unité qu’on appelle CO2 équivalent. Pour ce faire, la quantité de gaz produite (kg de GES) est multipliée par leur potentiel de réchauffement climatique planétaire (PRP).

 Le PRP est une mesure qui permet de déterminer la capacité qu’a un gaz à piéger la chaleur dans l’atmosphère, par rapport au CO

 Par exemple, le CH4 possède un PRP de 25, comparativement au CO2 qui possède un PRP de 1. Plus le chiffre est élevé, plus le gaz a une grande capacité d’absorption de la chaleur. Les résultats pour chaque gaz sont ensuite additionnés, pour obtenir un résultat en tonne de CO2 équivalent.

Alors, oui, ça peut être complexe de calculer ses émissions !

Les différentes sources d’émissions de NOVA envirocom

Il y a plusieurs sources d’émissions de GES à considérer lorsque vous effectuez votre inventaire. Vous devez tâcher de toutes les inclure dans votre bilan. Toutefois, il est possible que certaines émissions ne puissent pas être incluses, étant donné que vous ne possédez pas les données nécessaires pour faire les calculs. Vous devez expliquer vos choix dans votre inventaire. Les sources d’émissions sont liées à différentes catégories :

Nos résultats pour l’année 2019

Notre bilan a été effectué par ADDERE Service-conseil et révisé par une ressource externe. Pour l’année 2019, nous avons produit un total de 627,91 tonnes de CO2 éq. Nos émissions directes de catégorie 1, qui représentent la combustion mobile et le chauffage sont de 36,65 tonnes de CO2 éq. Les émissions de catégorie 2 ne représentent que 0,11 tonne de CO2 éq. Nos émissions indirectes de catégories 3 sont les plus élevées, comptabilisant 591,03 tonnes de CO2 éq. Ce chiffre s’explique par le fait que nous importons des produits venant de la Chine, qui ne sont actuellement pas fabriqués au Canada. Les émissions liées au transport des marchandises reçues totalisent 423,78 tonnes de CO2 éq. Elles représentent 67 % des émissions totales. Les détails de nos résultats sont présentés dans le rapport d’écoresponsabilité.

Nos mesures de réduction : plusieurs projets en cours !

Afin de réduire nos émissions pour l’année 2020, nous avons fait l’acquisition d’une voiture électrique pour effectuer les longs trajets de livraison des commandes. Ce type de voiture ne consomme pas d’essence, ce qui contribue à réduire les émissions de GES produites. En plus, nous tâchons de privilégier les fournisseurs et les clients locaux lorsque c’est possible, afin de limiter le transport de notre marchandise. Nous travaillons actuellement à la construction d’une grille d’évaluation pour nos fournisseurs, afin de faire des choix plus écoresponsables. Également, en partie grâce à la crise sanitaire de 2020, nos employés travaillent maintenant majoritairement en télétravail à partir de leur domicile, ce qui réduira considérablement les émissions occasionnées par les déplacements domicile-travail. Finalement, nous trions et classons nos matières résiduelles chaque deux semainesafin réduire au maximum notre production de déchets. Nous avons mis en place plusieurs mesures de réduction et de réutilisation dans nos entrepôts pour limiter notre production de déchets.

Nous préparons également des outils qui nous permettront de faciliter la récolte des données pour effectuer notre prochain inventaire pour l’année 2020. Cet outil nous permettra de constater notre évolution et de nous fixer de nouveaux objectifs. La réalisation d’un inventaire GES représente plusieurs heures d’implication, mais nous considérons qu’il s’agit d’un outil essentiel pour nous aider à devenir une entreprise écoresponsable performante.