La Journée mondiale de l’alimentation est célébrée chaque année le 16 octobre depuis la création de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). En 2020, elle revêt d’une signification toute particulière alors que la FAO célèbre son 75e anniversaire d’existence. Plus qu’une simple date, cette journée souligne la mission que la FAO poursuit au quotidien. Celle d’assurer une alimentation plus saine, équitable et durable à l’échelle planétaire. 

C’est dans cet esprit que l’équipe de NOVA envirocom s’est entretenue avec des organismes locaux qui oeuvrent dans le secteur alimentaire. Nous voulons vous proposer un portrait de ces héros de l’alimentation qui nous entourent au quotidien. 

Diane Lafond, Chef cuisinière à la Popote roulante de Sercovie 

Diane Lafond travaille comme cuisinière depuis plus de 30 ans auprès de clients ayant de besoins particuliers. Elle a travaillé dans des CHSLD, des écoles privées et maintenant avec Sercovie. Cet organisme propose un service de maintien à domicile pour les aînés. Chaque semaine, elle distribue 550 repas chauds par jour et de 150 à 200 repas congelés dans les emballages de NOVA envirocom. 

Avec la pandémie, Sercovie a perdu un grand nombre de bénévoles, puisque la plupart sont âgés de 70 ans et plus. L’équipe a malgré tout réussi à adapter sa façon de travailler pour subvenir aux besoins de la clientèle. Le principal défi dans le domaine reste d’aller chercher l’argent, puisque: l’organisme est autofinancé à 70%. 

Pour soutenir la mission de Sercovie, vous pouvez effectuer un don ou donner de votre temps en devenant bénévole. 

 

Éric Vachon, Représentant porte-parole à SOS Dépannage Granby

Depuis plus de 5 ans, Éric Vachon travaille à la banque alimentaire SOS Dépannage Granby. Il y côtoie des personnes qui n’ont pas les moyens de maintenir une alimentation suffisante et équilibrée. Il s’agit pourtant d’un besoin primaire qui est à la base même de toutes les activités quotidiennes « Si on ne mange pas, on ne vit pas », s’exclame-t-il. Les personnes qui ont recours aux services de l’organisme traversent des moments particulièrement difficiles. Pouvoir les aider à combler un besoin primaire est hautement gratifiant. Plus encore, le fait de voir ces réalités lui permet de mieux apprécier les différents aspects de sa vie quotidienne. 

Dans la situation actuelle, il y a moins de personnel, moins de bénévoles, et l’équipe doit tout gérer même si les tâches sont plus lourdes. Une éclosion dans une banque alimentaire serait désastreuse, le respect des règles sanitaires est donc primordial. Les employés de l’organisme doivent également rester à l’affût de l’évolution de la situation pour s’ajuster et pouvoir continuer à remplir sa mission. Malgré les temps difficiles, la pandémie a mis en lumière une solidarité incroyable de la part de différents commerces locaux et de la population. 

Et que peuvent faire les citoyens pour aider? 

Éric Vachon lance un cri du coeur : gardez les yeux ouverts! Il invite les citoyens et citoyennes à être attentifs aux signes de personnes de leur entourage qui seraient en besoin de nourriture. Il est important de les inciter à visiter des banques alimentaires. Plusieurs refusent d’avoir recours à cette aide parce qu’ils ne veulent pas piler sur leur orgueil. Parfois un simple encouragement peut faire la différence. Les dons monétaires aux organismes comme SOS Dépannage Granby sont également un moyen efficace de contribuer à la mission alimentaire. 

Frédéric Lacroix, Coordonnateur du Frigo Free Go de l’Université de Sherbrooke 

La réduction du gaspillage alimentaire est un enjeu qui tient à coeur à Frédéric Lacroix. Frédéric s’implique bénévolement au Frigo Free Go de l’Université de Sherbrooke depuis 2019 et il est maintenant coordonateur. Ce comité étudiant a mis en place un système par lequel des bénévoles récupèrent des produits invendus de certains commerçants pour les redistribuer à la population. Ils les placent ainsi dans des frigos communautaires, où les citoyens et citoyennes peuvent en bénéficier. Les frigos sont fermés en raison de la pandémie, néanmoins le comité continue sa mission en apportant quotidiennement des denrées à la banque alimentaire Moisson Estrie.

Frédéric s’implique dans cette cause pour essayer le plus possible d’éviter le gaspillage alimentaire à l’échelle locale. Il s’implique également parce qu’il est amené à faire des rencontres et des échanges avec les membres de la communauté étudiante et les Éco-partenaires afin de discuter d’enjeux liés au gaspillage alimentaire. Il tient d’ailleurs à souligner que tous ceux et celles qui s’impliquent bénévolement pour aller chercher les denrées sont les réels héros de l’alimentaire. Sans leur support quotidien, la réduction du gaspillage alimentaire à Sherbrooke ne serait pas possible dit-il.

Conseils de Fédéric 

Frédéric invite les citoyens et citoyennes à faire de leur part au quotidien en planifiant les épicieries et les recettes à la semaine afin d’éviter l’oubli d’aliments dans le figo, et par le fait même réduire le gaspillage alimentaire.

Historique de la Journée mondiale de l’alimentation 

La FAO a été créée à Québec le 16 octobre 1945, date qui est devenue la Journée mondiale de l’alimentation. L’objectif de cette journée est de mettre de l’avant des initiatives à travers le monde visant à rendre les systèmes alimentaires plus résilients et à rendre une alimentation saine et durable plus accessible. Depuis 1981, une thématique est désignée chaque année pour orienter la réflexion et encourager les différents organismes et instances gouvernementales à organiser des évènements en conséquence. 

Vous aimeriez en apprendre plus sur des enjeux liés à l’alimentation? Ces articles de notre EnviroBlogue pourraient vous intéresser! 

Image: Frédéric Lacroix, coordinateur du Frigo Free go de l’Université de Sherbrooke, récupère des invendus pour les redistribuer auprès de la population. Crédit Photo: Maria Camila Gallego.